Accueil
Découvrez les fibres naturelles
العربية
français
italiano
日本語
русский
Année internationale
des fibres naturelles
Partager...
Découvrez le sisal...

Les produits dérivés du sisal entrent dans la composition de biogaz, d'ingrédients pharmaceutiques et de matériaux de construction. Détails...

Sisal video (en anglais)
Sisal
Appel de fonds...

L'Année internationale est une occasion unique pour élargir l'utilisation des fibres naturelles et encourager les utilisations novatrices. L'Unité de coordination de l'AIFN de la FAO met sur pied une campagne mondiale d'information pour soutenir les activités des partenaires de l'AIFN. Elle organisera aussi une conférence internationale sur les fibres naturelles en 2009. Les gouvernements et le secteur privé sont priés d'apporter des fonds pour aider la FAO à assurer le succès de l'Année internationale.

Contactez-nous pour participer:

Unité de coordination de l'AIFN
Division du commerce international et des marchés
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Viale delle Terme di Caracalla
00153 Rome, Italie
Télécopie: +39 06 57054495
Courriel: IYNF-2009@fao.org

logo

Histoires de fibres

Come-back du sisal en Tanzanie

Les petits paysans contribueront grandement aux efforts déployés pour donner un second souffle à ce qui fut une industrie exportatrice prospère

Jonathan Talbot/WRI

En 1893, un agronome allemand avisé fit passer clandestinement 66 échantillons de la plante succulente Agave sisalana (sisal) de la péninsule du Yucatan, au Mexique, dont elle est originaire, à la colonie allemande, le Tanganyika. Cette plante robuste, qui produit l'une des fibres naturelles les plus longues et les plus résistantes, s'est si bien développée sous le climat tropical qu'au début du 20e siècle elle fournissait les cordes de la flotte allemande.

Sous l'administration allemande puis britannique, le sisal devint le principal produit d'exportation de la colonie, qui était très prisé dans le monde entier pour la fabrication de cordages et de tapis. Lorsque fut proclamée l'indépendance, en 1961, la Tanzanie était le plus gros producteur de sisal au monde (200 000 tonnes par an). Non seulement la fibre constituait la principale source de devises, mais sa culture et sa transformation employaient plus d'un million de personnes.

La production diminue. En 1967, la nationalisation de l'industrie du sisal entraîna une chute du rendement et de la production. À peu près à la même époque, le sisal subit la concurrence des fibres synthétiques de substitution, souvent avantagées par des politiques commerciales protectionnistes et des subventions. En moins de 15 ans, les textiles et les ficelles de polypropylène s'approprièrent plus de la moitié des parts de marché du sisal, portant un coup fatal à la production tanzanienne, chinoise et mexicaine. En 1998, la production tanzanienne chutait à 19 000 tonnes, soit moins de 10 pour cent du volume record atteint en 1964, et le Brésil devenait le principal producteur de sisal.

Cette même année, le sisal faisait son come-back en Tanzanie. L'industrie fut de nouveau privatisée, passant en grande partie aux mains de Tanzaniens, et investisseurs et agences de développement joignirent leurs efforts pour donner un second souffle à la production. «Le potentiel du sisal est énorme, explique Salum Shamte, directeur général de Katani Ltd, l'un des plus gros producteurs du pays. Il peut être cultivé toute l'année, il pousse même dans les zones marginales et sur les terres semi-arides; de surcroît, il peut se passer d'engrais minéraux et de pesticides. Ce sont des atouts de taille pour un produit agricole, en particulier dans les régions pauvres où l'économie repose sur l'agriculture.»

Mais pour rénover l'industrie du sisal, il faut diversifier la production et se tourner vers les secteurs nécessitant des matières non synthétiques résistantes. «Il faut améliorer les produits traditionnels tels que ficelles, cordes et sacs pour faire face à la concurrence, poursuit M. Shamte.

«Mais nous devons aussi redoubler d'efforts pour fabriquer et commercialiser des produits pour lesquels le sisal possède des atouts en termes de technologie, d'environnement, de géographie et de coût: papier, capitonnage automobile, isolants, agglomérés et matériaux composites respectueux de l'environnement.»

Nouvelles utilisations du sisal

Chiffon - suffisamment solide pour faire briller le métal et suffisamment doux pour ne pas le rayer
Pâte à papier et papier - substitut très résistant des fibres de bois
Tissus - le sisal peut se substituer à la fibre de verre ou lui être associé quand elle est utilisée pour renforcer les matières plastiques pour automobiles, bateaux, meubles, citernes et tuyaux
Briques, tuiles, isolants et agglomérés

Culture de rente. Les petits paysans tanzaniens seront amenés à jouer un rôle de premier plan dans la filière du sisal. Katani Ltd a lancé un mécanisme de sous-traitance dans cinq États de la région de Tanga et alloué plus de 12 000 hectares à 2 500 exploitations familiales. La société accorde des prêts, des conseils en matière de vulgarisation et des services techniques qui ont permis aux paysans d'associer le sisal, culture de rente, à des cultures vivrières comme le maïs et le riz.

Selon Katani, les sisal a permis aux paysans d'accroître leurs revenus et de gagner en moyenne 320 dollars des États-Unis par mois tout au long de l'année, alors que ceux qui vivent du maïs n'en gagnent que 40 par mois.

Les utilisations d'Agave sisalana sont multiples. La biomasse obtenue après extraction des fibres, soit 98 pour cent de la plante, est rarement utilisée. Afin de valoriser économiquement ces résidus, qui représentent quelque 15 millions de tonnes par an, le Fonds commun pour les produits de base, l'Onudi et l'industrie tanzanienne du sisal ont créé la première usine de traitement des résidus du sisal pour produire du biogaz, de l'électricité et des engrais. L'évaluation actuelle de l'usine indique que 75 pour cent de l'énergie produite pourrait être distribuée aux foyers ruraux et 25 pour cent utilisée pour transformer le sisal.

Contactez-nous pour participer:

Année internationale des fibres naturelles
Division du commerce international et des marchés
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Viale delle Terme di Caracalla
00153 Rome, Italie
Web: www.naturalfibres2009.org
Télécopie: +39 06 57054495
Courriel: IYNF-2009@fao.org