Accueil
Découvrez les fibres naturelles
العربية
français
italiano
日本語
русский
Année internationale
des fibres naturelles
Partager...
Contactez-nous pour participer:

Unité de coordination de l'AIFN
Division du commerce international et des marchés
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Viale delle Terme di Caracalla
00153 Rome, Italie
Télécopie: +39 06 57054495
Courriel: IYNF-2009@fao.org

logo

Les fibres naturelles

La soie

Depuis la Chine ancienne, époque à laquelle son usage était réservé à la royauté, la soie est la reine des fibres

foto
Mickael Casol

Qu'est-ce que la soie?

La soie est une fibre textile d'origine animale extrêmement prisée. Elle est issue du cocon produit par la chenille du bombyx du mûrier. Le fil de soie est un fil continu très résistant qui mesure entre 500 et 1 500 mètres de long. Après tissage, la structure triangulaire de la fibre reflète la lumière à l'image d'un prisme, ce qui confère aux tissus de soie leur chatoiement naturel très recherché. Grâce à ses qualités multiples, entre autres un pouvoir absorbant élevé et une faible conductibilité thermique, la soie est très prisée dans la haute couture et la confection d'articles de lingerie; elle sert aussi à fabriquer des revêtements muraux et des tapis.

Par qui est-elle produite?

La FAO a recensé plus de 20 pays producteurs de soie. Si la plupart sont en Asie, la sériciculture industrielle s'est également développée au Brésil, en Bulgarie, en Égypte et à Madagascar. Environ 1 million de personnes travaillent dans la filière de la soie en Chine, qui est le principal producteur mondial. En Inde, la sériciculture fournit des revenus à quelque 700 000 ménages – la plupart sont de petits exploitants ou des paysans marginaux – et à 20 000 familles de tisserands en Thaïlande.

foto
Matthew Logelin

Comment est-elle produite?

Quand il est encore à l'état de chenille, le vers à soie domestiqué Bombyx mori est nourri à l'aide de feuilles de mûrier. Il sécrète une protéine liquide qui se solidifie au contact de l'air, produisant un fil composé de deux brins qui sont soudés par une seconde sécrétion, la séricine (ou grès), pour former le cocon. On étouffe la chrysalide à l'aide de vapeur ou d'air chaud, ne laissant survivre que les chrysalides destinées à la reproduction. On maintient une température élevée pour ramollir la séricine qui a durci et éviter que le fil ne se déroule. Comme les fils sont très fins, on en réunit plusieurs lors du dévidage. Toutes les phases de la sériciculture nécessitent une main-d'œuvre importante, depuis la culture du mûrier et le dévidage jusqu'à la teinture et le tissage.

Quelle est la production?

La production mondiale de soie a légèrement augmenté ces dernières années, passant de quelque 100 000 tonnes en 2000 à un volume estimé de 150 000 tonnes en 2006, grâce notamment à l'augmentation de la production chinoise. En 2006, les cinq premiers producteurs étaient la Chine, l'Inde, le Brésil, la Thaïlande et l'Ouzbékistan.

Perspectives d'avenir

La soie continue de subir la concurrence de nouvelles fibres synthétiques de plus en plus sophistiquées. Le coût de la main-d'œuvre étant élevé, plus il augmentera, moins la production sera viable, à moins qu'il ne soit compensé par des gains de rendement. L'image de la soie en tant que «matière de luxe» a souffert de l'explosion des vêtements de sport en soie bon marché.

Contactez-nous pour participer:

Année internationale des fibres naturelles
Division du commerce international et des marchés
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Viale delle Terme di Caracalla
00153 Rome, Italie
Web: www.naturalfibres2009.org
Télécopie: +39 06 57054495
Courriel: IYNF-2009@fao.org