Accueil
Découvrez les fibres naturelles
العربية
français
italiano
日本語
русский
Année internationale
des fibres naturelles
Partager...
Vidéo: sisal (en anglais)
Sisal
Histoires de fibres

Come-back du sisal en Tanzanie. Les petits paysans contribueront grandement aux efforts déployés pour donner un second souffle à ce qui fut une industrie exportatrice prospère.

Contactez-nous pour participer:

Unité de coordination de l'AIFN
Division du commerce international et des marchés
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Viale delle Terme di Caracalla
00153 Rome, Italie
Télécopie: +39 06 57054495
Courriel: IYNF-2009@fao.org

logo

Les fibres naturelles

Le sisal

Le sisal, impropre à la fabrication de vêtements, se substitue à l'amiante et à la fibre de verre dans un grand nombre de matériaux composites

foto
Institut des ressources mondiales

Qu'est-ce que le sisal?

Le sisal est issu de l'Agave sisalana, originaire de la péninsule du Yucatan, au Mexique (un autre agave mexicain, A. fourcroydes, produit une fibre similaire, l'henequen). Le sisal, dont les fibres peuvent mesurer 1 mètre de long, est qualifié de fibre dure impropre à la fabrication de vêtements et de tapisseries. Les ficelles et les cordes étaient autrefois en sisal, mais la concurrence croissante des matières synthétiques, notamment le polypropylène, a fait chuter la demande. D'autres débouchés voient le jour; aujourd'hui il sert surtout à fabriquer du papier, des filtres, des géotextiles, des matelas, des tapis et des revêtements de murs. Il est de plus en plus utilisé pour renforcer les matériaux composites en plastique, en particulier les composants automobiles. Les produits dérivés du sisal entrent dans la composition de biogaz, d'ingrédients pharmaceutiques et de matériaux de construction.

Par qui est-il produit?

Le sisal est une plante succulente adaptée aux climats chauds, elle pousse même dans les régions arides. Ses fibres sont exploitées au Brésil, en Chine, à Cuba, au Kenya, en Haïti, à Madagascar et au Mexique. Les systèmes de production varient selon le pays à l'autre. En Tanzanie et au Kenya, il est surtout planté en peuplements et les petites exploitations jouent un rôle marginal. Tandis qu'au Brésil, il est essentiellement cultivé par de petits paysans. Il ne nécessite pas d'engrais chimiques ni d'herbicides.

foto
Institut des ressources mondiales

Comment est-il produit?

Les feuilles de la plante forment des rosettes disposées autour d'un tronc dur. Elles sont coupées une à une et broyées par les roues d'une décortiqueuse. La pulpe est ensuite séparée des fibres. En Afrique, on utilise de grandes décortiqueuses et on lave la fibre à l'eau courante. Au Brésil, où l'eau est rare à cause de la sécheresse, on se sert de décapeuses portables. Après avoir gratté la fibre pour la débarrasser des impuretés, elle est emballée et transportée.

Quelle est la production?

La production mondiale de sisal et d'henequen est estimée à 300 000 tonnes, soit une valeur de 75 millions de dollars. Les principaux producteurs sont le Brésil (120 000 tonnes), la Tanzanie (30 000 tonnes) et le Kenya (25 000 tonnes). Le Brésil exporte près de 100 000 tonnes de fibre brute et de produits manufacturés, le Kenya 20 000 tonnes et la Tanzanie 15 000 tonnes.

Perspectives d'avenir

Pour faire face à la concurrence des fibres synthétiques, les producteurs de sisal doivent continuer de profiter des débouchés offerts par les produits non traditionnels, améliorer la production et les technologies de transformation. Malgré les efforts pour mettre au point des machines plus sûres et efficaces, les techniques d'extraction ont peu évolué depuis un siècle. Les nouvelles techniques de propagation, comme la culture de méristèmes, sont peu utilisées.

Contactez-nous pour participer:

Année internationale des fibres naturelles
Division du commerce international et des marchés
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Viale delle Terme di Caracalla
00153 Rome, Italie
Web: www.naturalfibres2009.org
Télécopie: +39 06 57054495
Courriel: IYNF-2009@fao.org